News Sponsored

Une entreprise de télésanté de Terre-Neuve-et-Labrador dessert dix millions de personnes dans le monde

contenu subventionné

Que savez-vous des entrepreneurs novateurs du Canada atlantique? L’article suivant s’inscrit dans une série spéciale d’articles visant à mettre en lumière les initiatives passionnantes qui se produisent dans l’écosystème d’innovation en Atlantique. Nous vous présenterons les succès obtenus par les hommes et femmes novateurs de tous les coins de la région qui ont un impact sur l’économie. Cette présentation spéciale est parrainée par l’Agence de promotion économique du Canada atlantique.

En 1998, l’entreprise de télésanté Fonemed était en phase de démarrage « minimaliste » (lean startup) et elle partageait un bureau avec AT&T sur la rue Water, à St. John’s. De nos jours, l’entreprise basée à Terre-Neuve dessert dix millions de personnes dans le monde à partir de quatre centres à Terre-Neuve-et-Labrador et de nombreux autres aux États-Unis, dans les Caraïbes et en Amérique latine.

« Lorsque les employés d’AT&T terminaient leur journée de travail, nous occupions leur bureau, puisque nous n’avions pas vraiment de revenu pendant la première année », déclare Charlene Brophy, une infirmière autorisée qui est désormais présidente-directrice générale de l’entreprise.

Fonemed offre des services de soutien clinique et de triage par des infirmiers aux cabinets de médecins, aux organisations de gestion des soins, aux tiers administrateurs, aux fournisseurs de gestion thérapeutique, aux employeurs du secteur privé et aux cliniques universitaires.

Le siège social de l’entreprise se situe à St. John’s et elle a un bureau principal aux États-Unis, à Ventura, en Californie. Même si les États-Unis représentent son plus grand marché aujourd’hui, la plupart des quelque 200 employés de Fonemed, y compris son équipe de direction, se trouvent à Terre-Neuve-et-Labrador.

« Nous avons ici, à Terre-Neuve-et-Labrador et dans le Canada atlantique, certaines des personnes les plus brillantes, talentueuses et dévouées, et une éthique du travail presque inégalée dans le monde », dit Brophy.

Je voyage beaucoup et on me demande « pourquoi demeurer ici? » et je réponds « pourquoi est-ce que je ne demeurerais pas ici? ». Les gens d’ici sont uniques. Ils ne font pas que partager la vision du travail que nous effectuons, mais ils ont aussi un fort sentiment d’appartenance envers l’entreprise et sont déterminés à soutenir notre province.

Fonemed gère également les services de télésanté 811 de la province. De plus, son logiciel propriétaire de gestion des patients est autorisé par le gouvernement de la Saskatchewan. Des clients de pays comme Haïti ou le Venezuela utilisent également la plateforme logicielle, et l’entreprise explore actuellement des possibilités au Pérou.

« Nous occupons une place unique sur le marché et dans l’industrie, non seulement parce que nous offrons les services cliniques à distance, mais sommes aussi en mesure d’offrir la plateforme propriétaire aux organisations afin qu’elles administrent elles-mêmes le service », affirme Brophy.

« Certains de nos clients sont intéressés par l’utilisation de notre plateforme afin de gérer leurs programmes cliniques. Par exemple, à quatre heures de l’après-midi, ils peuvent nous transférer les appels, puisque nous utilisons exactement la même plateforme. Ainsi, les patients peuvent nous téléphoner après leurs heures de bureau pour obtenir des services de télésanté. »

Brophy signale que la plateforme propriétaire a été développée avec l’aide de fonds de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA). Elle n’hésite pas à ajouter que l’APECA « a toujours offert un soutien incomparable à l’entreprise ».

Le logiciel offre une « valeur exceptionnelle », mentionne-t-elle. « Il a été développé avec des infirmières et des infirmiers en collaboration avec des ingénieurs en logiciels, afin de s’assurer que ces derniers comprenaient bien le besoin », dit-elle. « Nous avons réussi à saisir ce créneau du marché des soins de santé, et nous souhaitons continuer de nous y concentrer. Nous ne voulons pas nous diversifier au point où ne serions plus un fournisseur de soins de santé. Nous tenons beaucoup à demeurer dans cette sphère. »

Le logiciel permet à Fonemed de fournir le continuum complet des soins et services, ce qui aide leurs clients à gérer tout type de patient, des mères avec des bébés malades aux personnes âgées qui souffrent de la présence simultanée de deux maladies ou affections chroniques.

« Notre logiciel dispose de la capacité et des protocoles de soins intégrés pour traiter la pathologie de toute personne, dans n’importe quel pays », dit-elle, « et ce faisant, en plus de gérer les symptômes, nous incitons les individus à prendre en charge leurs propres soins avant que leur état ne se détériore au point où l’hospitalisation ou le placement en établissement devient nécessaire. »

La plateforme comprend également des portails pour les patients, leurs familles et les aidants afin de faire le suivi de divers diagnostics et programmes de soins de santé. Cela permet à Fonemed de surveiller les mesures biométriques des patients à domicile et d’appeler rapidement les médecins au besoin. L’entreprise peut établir des relations avec les pharmacies, ce qui rend possible la livraison des médicaments aux domiciles des patients si une telle intervention est nécessaire.

La place occupée par l’entreprise et ses produits ne cessent de croître, et bien qu’elle prévoit une hausse des recettes plus importante pour les deux prochaines années, elle a de la difficulté à dénicher des travailleurs qualifiés.

Mon plus grand défi a probablement été de trouver les talents nécessaires chez les ingénieurs en logiciels », dit-elle. « Chaque année, un nombre limité d’ingénieurs en logiciels obtiennent leur diplôme de l’Université Memorial et les grandes entreprises d’ici s’en emparent très rapidement. »

Fonemed profite donc du Programme pilote d’immigration au Canada atlantique pour embaucher des ingénieurs en logiciels. Parmi ceux qui ont été embauchés récemment, il y a eu un employé vénézuélien et sa famille ainsi qu’un employé marocain qui avait auparavant déménagé à l’Île-du-Prince-Édouard avec sa famille et a ensuite déménagé à T.-N.-L.

« C’est un programme fantastique qui offre du soutien et je prévois continuer à l’utiliser également. » Elle encourage les autres entrepreneurs à contribuer à attirer les talents étrangers à Terre-Neuve-et-Labrador.

« Je crois qu’en tant qu’entrepreneurs et propriétaires d’entreprises, nous devons continuer à appuyer la province en redonnant à la communauté, en privilégiant l’embauche de personnel local et en faisant notre part pour faire progresser la société, ici même chez nous. »